Origine du magasin Zohiko

    Le magasin Zogeya qui a précédé Zohiko, a été fondé en 1661 (1ère année de l’ère Kanbun), ouvrant la voie au commerce des articles et ustensiles en laque. Nishimura Hikobei, appartenant à la troisième génération et grand maître ayant été gratifié du titre de « Makietsukasa » par la cour impériale, créa dans les dernières années de sa vie, un tableau en laque utilisant de la poudre d’or et d’argent intitulé « Byakuzo to Fugenbosatsu (l’éléphant blanc et le bodhisattva Fugen) ». Cette oeuvre fit succès à Kyoto et prit le nom de « Zohiko », appellation formée à partir du caractère « Zo » du nom du magasin Zogeya et du caractère « Hiko » du prénom « Hikobei ».
    Depuis “Zohiko” s’est perpétué à travers les âges, jusqu’à nos jours.

    Hikobe appartenant à la quatrième génération

    Hikobei appartenant à la quatrième génération, travailla pour le palais impérial Sento Gosho puis Hikobei le successeur de la sixième génération qui avait de grands goûts artistiques, créa nombre de chefs-d’oeuvre tels que les ustensiles qui plaisaient aux maîtres de la cérémonie du thé. Hikobei de la huitième génération exporta les objets en laque et fut le précurseur du commerce international des laques. Il fonda à Kyoto une école des beaux- arts spécialisée dans l’art Makie et forma ainsi des successeurs. Aujourd’hui, le magasin expose non seulement les objets d’art Makie mais aussi la vaisselle de tous les jours, et les objets de décoration intérieure, et pour élargir ses possibilités, il travaille activement avec les entreprises et créateurs étrangers. Il ne cesse de faire connaître à l’étranger les attraits de la laque de Kyoto dont on pourrait parler à l’infini.

    • Plan du premier magasin de Teramachi Ayanokoji ; Dans l’entrée, subsiste aujourd’hui encore une grande coupe en laque.

    • Construction en 1918 (année 7 de l’ère Taisho) à Okasaki d’une salle d’exposition servant en même temps de pièce de réception. La photo date des premières années de l’ère Showa.

    • Une partie de l’atelier

  • Année 1661

    Yasui Shichibei
    Ouverture du magasin Zogeya appartenant à la branche cadette Zogeya Jirozaemon qui détenait des droits sur le commerce entre Nagasaki et la Chine.

  • Année 1692

    Kusunoki Jihei
    Il hérite du magasin Zogeya puis le donne en partage à ses deux enfants et se retire de la vie active.

  • Année 1714

    Kusunoki Jirobei
    Il appartient à la branche aînée Zogeya Kita Honke et fait le commerce de la laque et des objets chinois.

    Kusunoki Jihei, 2ème génération
    Il appartient à la branche aînée Zogeya Minami Honke (qui s’éteindra faute d’héritier) et fait le commerce des articles chinois.

  • Année 1716

    Kusunoki Jirobei, 2ème génération
    Héritier de la branche aînée Zogeya Kita Honke

  • Année 1729

    Kusunoki Jirobei, 3ème génération
    Héritier de la branche aînée Zogeya Kita Honke. Il prend la direction du magasin Zogeya et n’ayant pas d’enfant, a pour successeur Nishimura Hikobe

    • Kusunoki Jirobei, 3ème génération
  • Année de succession non précisée

    Première génération : Nishimura Hikobei
    Il hérite du magasin Zogeya
    Il crée des chefs -d’oeuvre en laque comme « Hagoromo Makie Suzuribako »

    • Hagoromo Makie Suzuribako
  • Année 1773

    Nishimura Hikobei, 2ème génération
    Le 5ème fils du frère aîné du fondateur, est adopté et prend la succession du magasin Zogeya.
    Il affermit les bases de l’entreprise familiale et en assure la continuité.
    Il assure la pérennité des techniques artisanales et a une collection de belles oeuvres.

  • Année 1803

    Nishimura Hikobei, 3ème génération
    Il hérite du magasin Zogeya.
    On le loue en tant que grand maître du Makie, et grâce aux chefs-d’oeuvre réalisés durant de longues années pour le palais impérial, il est gratifié du titre de « Makietsukasa » par la famille impériale.
    Lorsqu’il offrit au temple Bodaiji sa laque Makie intitulée « Byakuzo to Fugenbosatsu (L’éléphant blanc et le bodhisattva Fugen) », les gens de Kyoto restèrent admiratifs devant cet objet d’art qu’ils intitulèrent « Zohiko » nom formé à partir du caractère « Zo » du magasin Zogeya et du caractère « Hiko » du prénom « Hikobe ». Voilà l’origine du nom du magasin Zohiko.

    • Byakuzo to Fugenbosatsu (L’éléphant blanc et le bodhisattva Fugen)
  • Année 1832

    Nishimura Hikobei, 4ème génération
    Il hérite du magasin Zogeya qui est alors à son apogée.
    Issu de la famille Fushimi Yamamotoke, il est adopté par la maison Zogeya.
    Il excelle dans les techniques du makie et crée de nombreux chefs-d’oeuvre dont « Chikurin Makie Konrei Chodozoroe ».
    En tant que commerçant de la maison impériale Sento Gosho, il a ses entrées au palais, et affermit la renommée de l’entreprise familiale.

    En 1864, période d’agitation de la fin du shogunat, le magasin brûle lors des incidents « Hamaguri Gomon » et est reconstruit.
    Il établit avec son père les règles du savoir-faire familial.

    • Nishimura Hikobei, 4ème génération
    • Chikurin Makie Konrei Chodozoroe
  • Année 1875

    Nishimura Hikobei, 5ème génération
    Il hérite du magasin Zogeya mais meurt à l’âge de 49 ans.

  • Année 1884

    Nishimura Hikobei, 6ème génération
    Il hérite du magasin Zogeya.
    Il se consacre à la poésie, à la calligraphie et à l’art de la cérémonie du thé avec noblesse et élégance.
    Il crée de nombreux objets destinés à la cérémonie du thé, conformément aux goûts des grands maîtres.

  • Année 1893

    Exposition d’oeuvres à Chicago lors de l’exposition universelle Columbian World’s Fair, organisée en l’honneur de Christophe Colomb.
    Il cesse ses activités professionnelles en 1893 pour mieux se consacrer à l’art et à son étude.
    Après son retrait de la vie active, il signe toutes ses oeuvres sous le nom de « Heiankyo Zo-o ».

  • Année 1907

    Nishimura Hikobei, 7ème génération
    Il hérite du magasin Zogeya.

    Frère cadet de Nishimura Hikobe appartenant à la 6ème génération, il prend temporairement la succession à la place du fils de ce dernier encore trop jeune pour devenir héritier.
    En 1910, il crée une branche cadette et fonde « Zofuku ».

  • Année 1910

    Nishimura Hikobei, 8ème génération
    Il hérite du magasin Zogeya.

    Il se place au 7ème rang dans l’ordre de succession, et signe les oeuvres de Zogeya sous le nom de « Zohiko 7ème ».
    Ses relations avec la famille impériale font qu’il est chargé de la décoration en laque Makie du convoi impérial lors de la cérémonie d’intronisation de l’empereur Taisho.
    Il mène à bien les travaux de laquage Makie au palais impérial Omiya Gosho, au château Nijo et à la salle des fêtes Gokyo Enjo.
    Il réalise les travaux de restauration en laque du palais impérial de Kyoto lors de la cérémonie d’intronisation de l’empereur Showa.
    Il crée des oeuvres remarquables comme les présents destinés à être offerts par la famille impériale, et des oeuvres très raffinées pour la famille impériale et les invités d’Etat.

    • Nishimura Hikobei, 8ème génération
  • Année 1918

    Il inaugure la galerie d’exposition « Zohiko Shikki Chinretsusho » portant l’enseigne « Zohiko » près du parc Okazaki.
    L’exposition accueille de nombreux membres de la famille impériale et la noblesse venue de l’étranger.
    Il fonde simultanément l’école des beaux-arts spécialisée dans l’art Makie et se consacre à la formation des maîtres de Makie.

    Il s’efforce d’exporter la laque et expose ses oeuvres aux Expositions universelles de 1925 et de 1936 à Paris.
    L’Etat lui décerne plusieurs distinctions pour ses efforts méritoires et ses résultats brillants en matière d’exportation de la laque.

    • Photo de l’époque au moment du transfert à Okazaki
  • Année 1954

    Fondation de la société Zohiko S.A.

  • Année 1965

    Nishimura Hikobei, 9ème génération
    Il hérite du magasin Zohiko.
    Il fabrique des articles traditionnels mais commence aussi à s’intéresser au marché des cadeaux. Il se lance dans le commerce des cadeaux.
    Pour sauvegarder l’art de la laque de Kyoto, il copie des chefs-d’oeuvre historiques.

    Il s’applique à réaliser les travaux de laquage du trône au palais impérial Kokyo Shinkyuden.
    Lors de la 62ème cérémonie d’inauguration du nouveau sanctuaire Ise, il participe à la fabrication du trésor Goshinpo

    • Araike Makie Suzuribako
  • Année 2009

    Nishimura Tsuyoshi
    Il est nommé Président directeur général de la société Zohiko S.A.
    Ses études de marché à l’étranger le conduisent à publier des articles en collaboration avec les entreprises étrangères.

    • Ligne des produits issus de la collaboration avec Vacheron-Constantin (Suisse) (montres en série limitée)
  • Du 17 septembre au 13 novembre 2011

    Une exposition sur la « Sublimité de l’art Makie à Kyoto, la famille Mitsui et la laque Zohiko », est organisée au musée Mitsui Kinen Bijutsukan.

  • Année 2014

    Transfert du magasin principal à Teramachi Nijoagaru

  • Année 2015

    La marque « Ichiroku Rokuichi 1661» voit le jour.

  • Du 28 septembre 2018 au 24 février 2019

    Une exposition spéciale sur « le magasin japonais Zohiko et l’art Makie de Kyoto, les techniques de la laque », est organisée au musée Beitou à Taiwan.